Sur les traces du I.T.F.O

Turak Théâtre, I.T.F.O, marionnettes
Turak Théâtre

La Turakie est un monde imaginaire, différent et pourtant si semblable au nôtre.

C'est le petit matin, encore la nuit, et les musiciens de l'orchestre arrivent, remettent d'aplomb les instruments et les pupitres, effacent les traces d'une lutte, peut-être. Là-bas comme ici un combat social est en cours.

 

C'est un orchestre de vieux. Ils sont touchants ces vieux, mi-marionnettes mi-comédiens, au milieu de cet univers de bric et de broc.

L’orchestre est en grève. Mais the show must go on et les musiciens sont là pour jouer. On ne les empêchera pas de poursuivre la routine, la chauffe des instruments, la canette de bière avant d’attaquer la partoche, les petites mesquineries : on se pique les instruments, c'est à qui entonnera le premier sa partition du Lac des Cygnes.

Les marionnettes sont des hommes comme les autres.

 

Puis une voix s’élève, la seule, et elle décrète, de toute son autorité de haut-parleur, que certains d’entre eux vont être renvoyés. A puis non, finalement, ils le seront tous.

Les caractères se révèlent dans l’adversité. Chaque marionnette essaie d’abord de sauver sa peau grâce à une certaine ruse naïve et un peu de violence. Mais, quand on leur enlève les mains, elles jouent avec leurs pieds. Quand on prend leurs instruments, les rangs se resserrent. On invente. On reconstitue, trafique, détourne, et Le Lac des cygnes finit par être joué.

 

Alors oui, je vous gâte la fin me direz-vous. Mais dans l’univers truqué de Turakie, ce qui compte c’est comment on transforme la réalité pour continuer à jouer ; comment on transgresse, subvertit, lutte, pour exister. Même si vous connaissez la fin vous serez fascinés, par les trouvailles, les usages multiples d’une pédale de vélo, les visages ô combien humains et expressifs de ces marionnettes, et la musique, le souffle qui s’exhale, le rythme qui emporte.

 

Partez donc sur Les traces d’I.T.F.O au TGP !

I.T.F.O comme Import’nawouak Turakian Folklorik Orke'stars.

C’est important le n’importe quoi. Ca permet de rêver, de rire, de jouer, de chanter.

 

 

----

 

 

A voir en famille dès 8 ans

Du 8 au 30 mars 2014 au Théâtre Gérard Philipe. Réservation ici.

LUN, MER, JEU, VEN À 20H30 / SAM À 18H30 / DIM À 16H30. RELÂCHE LE MARDI

DURÉE - 1H00

 

Puis

Le Carreau, Scène Nationale de Forbach et de l'Est Mosellan : les 11 et 12 février 2014

Théâtre Gérard Philipe, Centre Dramatique de Saint Denis : du 8 au 30 mars 2014

La Passerelle, Scène Nationale de Saint-Brieuc : le 4 avril 2014

Théâtre de Cornouaille, Scène Nationale de Quimper : le 11 avril 2014

Théâtre Anne de Bretagne, Vannes : les 14 et 15 avril 2014

 

Turak théâtre

écriture, mise en scène et scénographie MICHEL LAUBU en complicité avec ÉMILI HUFNAGEL

Composition musicale LAURENT VICHARD, Guitare pré-enregistrée RODOLPHE BURGER / Interprétation MICHEL LAUBU, CAROLINE CYBULA, MARIE-PIERRE PIRSON, ÉMILI HUFNAGEL / Musiciens live LAURENT VICHARD (clarinette basse, clavier, bouzouki), FREDERIC ROUDET (trompette, cor)

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0