Un café avec... Alexis Michalik

Dès le premier coup d'oeil au Festival d'Avignon en 2011, il nous avait tapé dans l'oeil. Aujourd'hui à l'affiche depuis plus de 9 mois à la Comédie des Champs Elysée, le Porteur d'Histoire est plus encore qu'une succès story, c'est un phénomène. Comment peut-on réunir, captiver et séduire autant de spectateurs par une pièce qui à bien des égards emprunte plus au cinéma et à la littérature qu'au théâtre lui-même? Le constat est saisissant qui attise notre curiosité de rencontrer l'auteur d'un tel engouement...

Quelques échanges de mails plus tard nous retrouvons Alexis Michalik dans un petit bistro du 18ème autour d'un café crème. Politesses échangées et présentations faites, nous voilà armées de nos petits carnets pour tenter de comprendre les secrets d'une telle aventure... Nous nous attendions à de grandes théories sur le spectateur, nous rêvions de concepts nouveaux sur le mélange des esthétiques et l'art de faire du théâtre sans s'en cacher.

Au lieu de tout ça, on s'est laissées raconter des histoires...

 

A n'en pas douter, Alexis Michalak les aime… les histoires. Il les lit, les raconte, les construit et les déconstruit comme un jeu de légo, il s'en joue et les manie comme d'autre manierait la chèvre et le choux, de sorte qu'à la fin on en sorte grisé, charmé, repu, l’imagination pleine de visages et de noms, de cabales et de conspirations, de lieux insolites et de paysages majestueux…

Et c’est précisément là que le théâtre déploie tous ses artifices : sans l’ombre d’un décor, avec quelques costumes minimalistes enfilés prestement, cinq comédiens sur un plateau nu nous font voyager par la seule inflexion de leur voix, au rythme d’une musique qui nous entraine comme dans un bon roman. La clé du success est aussi enigmatique que les histories de Michalak mais nous retiendrons de cette rencontre la simplicité d’un jeune auteur sans pretention habité par l’envie de dire des grandes choses avec des petits moyens et la conviction que la recherche du plaisir du comédien est une clé pour l’auteur de théâtre.

Écrire commentaire

Commentaires : 0